Journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques


Le Minpostel invite à la multiplication des supports de sauvegardes

Célébrée tous les 31 mars de l’année, la journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques a été l’occasion pour le ministère camerounais, des Postes et Télécommunications (Minpostel),

de marquer un temps d’arrêt, pour rappeler, l’importance de la conservation des données numériques sur différents supports, gage de la sécurité informatique.

Peu connu du grand public, la journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques se célèbre tous les 31 mars de l’année, depuis plus d’une décennie déjà. Pour la première fois, le Cameroun à travers son ministère des Postes et Télécommunications a tenu à marquer le coup. Loin d’être un poisson d’Avril, le premier avril 2021, la ministre Minette Libom Li Likeng a donné un point de presse dans la salle de conférence annexe du département ministériel dont elle a la charge.

Il était question de revenir sur les raisons de cette célébration par le Cameroun et de rappeler les bonnes pratiques en matière de sauvegarde des données numériques. « La problématique de la sauvegarde des données informatiques n’est pas sans lien avec la transformation numérique. En l’occurrence, elle touche à ce que les spécialistes appellent la résilience ou confiance numérique. Au Cameroun, la confiance numérique constitue l’un des axes stratégiques du plan de développement de l’économie numérique » a-t-elle expliqué d’entrée de jeu. Sauvegarder ses données numériques apparait, donc comme une nécessité absolue : « il faut penser à sauvegarder régulièrement les données numériques de tous vos équipements, afin d’éviter de tout perdre en cas de vol, panne, perte, etc. Un geste simple et essentiel de cybersécurité, pour se prémunir contre les aléas du quotidien et les actes de cybermalveillance » a-t-elle recommandé avant de d’ajouter qu’: « Il existe une règle simple pour la sauvegarde dite "3-2-1": c’est la règle d’or en matière de sauvegarde. 3, les données doivent être sauvegardées en trois exemplaires. 2, les données doivent être stockées sur au moins 2 supports physiques différents. 1, un exemplaire des données au moins doit être stocké à un emplacement différent des autres ».

Selon la ministre, la sauvegarde des données informatiques fait partie de la stratégie de cybersécurité, qui est une affaire de tous. Au Cameroun, pour le mois de mars 2021, 49,6% d’utilisateurs d’internet ont été attaqués par un virus qui bloque l’accès à vos données : « pour vous les restituer, les cybercriminels procèdent par un chantage, pour vous fait payer une rançon. Et selon l’ANTIC (Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication) en 2020, il y a eu 4 milliards de pertes subies par les entreprises au Cameroun à cause de ces intrusions malveillantes » a-t-elle conclut pour attirer davantage l’attention.

FaLang translation system by Faboba